Un site en Bolivie qui ne cadre pas avec l’archéologie moderne

Tiwanaku, Bolivie

Tiwanaku, Bolivie

L’archéologie moderne est un domaine bien contrôlé. Il existe un chemin, une histoire qui nous est racontée et nul ne doit en déroger. L’archéologie moderne est faite de façon à laisser le haut du pavé à l’homme d’aujourd’hui en niant qu’il est pu exister des avancées technologiques précédentes à notre ère.

Tiwanaku, Bolivie

Tiwanaku, Bolivie

Un site archéologique en Bolivie nommé Puma Punku, à quelques centaines de mètres à peine du fameux site de Tiahuanaco (ou Tiwanaku) est l’un de ces sites énigmatiques qui pose un sérieux problème à l’archéologie moderne.

En Aymara, langue des Incas, Puma Punku signifie «la porte du Puma». Ce site est moins connu parce que touristiquement moins impressionnant que Tiahuanaco. Toutefois, il est connu pour ses structures de bloc encastrable formant une muraille.

Puma Punku, Bolivie

Puma Punku, Bolivie

À première vue, les immenses blocs semblent constituer un véritable puzzle et c’est effectivement le cas. Chaque pièce, chaque imbrication, chaque mur et plafond est constitué de pièces différentes défiant la logique. Ceux-ci ont nécessité une mathématique ainsi qu’une planification trop avancée pour l’époque. Nos archéologues avouent qu’ils ont une très grande difficulté à reconstituer le temple et que c’est presque mission impossible sans le plan d’origine.

Par ailleurs, ces pierres sont si finement taillées qu’ils s’emboîtent parfaitement. La reconstitution suivante donne une idée de la complexité des blocs formant l’une des murailles.

De plus, le site est situé à 3,800 mètres au dessus du niveau de la mer, il n’y a donc pas d’arbre qui y pousse et il ni a pas non plus de carrières à proximité. Chaque bloc pèse des tonnes. Où ont-ils pris ses blocs et comment les ont-ils déplacés jusqu’à ce site? Ceci constitue le premier mystère.

Certains de ces blocs font plusieurs dizaines de tonnes et ils sont parfaitement taillés et ciselés comme s’ils avaient été fabriqués avec des outils modernes. Certaines entailles sont parfaites, de même largeur et même profondeur du début à la fin comme s’ils avaient été fait au laser. Comment ont-ils pu atteindre ce degré de précision? Deuxième mystère.

Puma Punku, Bolivie

Puma Punku, Bolivie

Par ailleurs, le type de pierre utilisé pour fabriquer ces mégalithes est principalement le granite incluant de la diorite qui sont deux proches parents. Cette pierre est très dure, le granite étant la deuxième pierre la plus dure après le diamant. Pour arriver à un tel degré de précision au niveau des coupes et entailles, il aura donc fallu des outils à pointe diamantée. Troisième mystère.

Puma Punku, Bolivie

Puma Punku, Bolivie

Au niveau de la datation, celle-ci ne semble pas claire. Certains parlent de 17,000 ans, alors que d’autres parlent de 5,000 années. D’une façon ou d’une autre, comment des gens de ces époques auraient pu fabriquer ce site d’une complexité désarmante? Quatrième mystère.

Même avec nos outils d’aujourd’hui, nous aurions une grande difficulté à réaliser ceci. Bien sûr, je n’offre pas de réponse et ce n’est pas mon but. Je crois davantage apporter l’ouverture des consciences au fait qu’il existe autre chose que ce que l’histoire nous raconte en plus de susciter la réflexion. Mon but ici est d’ouvrir les horizons et accueillir le fait que des civilisations aient eu accès à des technologies que, peut-être, nous ne connaissons pas encore. Bien sûr, cela laisse place à la spéculation. Ont-ils obtenu une aide étrangère, voire d’un autre monde? D’anciennes légendes Incas parlent de la possibilité qu’ils avaient de fondre et mouler la pierre pour lui donner la forme désirée. Cette information concorderait avec certains murs de temple en pierre parfaitement imbriqués comme celui du temple de Saqusayhuaman au Pérou.

Saqusayhuaman au Pérou

Saqusayhuaman au Pérou

Chose certaine, les Incas étaient parfaitement au courant qu’ils étaient le 4e monde à prendre forme sur cette planète, celle-ci ayant subi trois cataclysmes majeurs qui ont détruit trois fois le monde. Nous en serions à la fin de ce quatrième monde qui ne prendrait pas l’allure catastrophique des trois précédentes destructions, mais plutôt une sorte de saut quantique évolutionnaire… à suivre.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

  • qu’il n’y ait aucune modification de contenu
  • que vous fassiez référence à notre site
 http://inferenceplanetaire.net
  • que vous mentionniez le nom de Daniel Vinet comme auteur.

Références
http://www.wikipedia.org
http://www.paleoseti.com
Série Télé Ancien Aliens à History Channel
http://www.history.com/shows/ancient-aliens
Google Earth

Publicités

A propos Dan Vin

À propos de Daniel Vinet Daniel a une formation d’informaticien associée au développement des technologies de l’information. Dès son jeune âge, il démontre des aptitudes particulières avec les nouvelles technologies alors émergentes au grand public. On dénote également une volonté de trouver une voie plus grande aux dogmes qui lui sont offerts à cette époque, de probables réminiscences de vies antérieures. Doté d’un bon esprit d’analyse et de synthèse, celui-ci lui permettra d’assouvir sa soif de connaissances dans des domaines tels que la philosophie, l’archéologie, les civilisations anciennes, puis il y ajouta l'évolution de la Conscience humaine. Ces recherches l’ont guidé vers une démarche de croissances de l’Être s'inscrivant dans une Évolution plus globale du genre humain. De nombreuses formations l’ont amené à l’exploration de la voie spirituelle par la méditation et la recherche intérieure tout en recherchant les liens et les impacts dans la matière. « Tout est énergie et tout est lié ». Là est le fruit de ses recherches. Sa principale motivation à partager ses connaissances est l’ouverture des Consciences en cette période charnière de l'humanité.
Cet article, publié dans Archéologie oubliée, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Un site en Bolivie qui ne cadre pas avec l’archéologie moderne

  1. GILLOT dit :

    Bonjour à tous,
    c’est un beau reportage, mais qui souffre de photos trop petites taille de diapositives,
    c’est en effet malheureux qu’a l’heure moderne – certains pseudo Archéologues en sont
    encore avec des théories dépassées ou qui plutôt les dépassent, du type, sur un sujet connexe
    sur la création des pyramides ou ce monsieur parlait de tabouret de cuisine et de brosse à
    dents !!! De quoi pouffer de rire toute les 30 seconde – Il est un fait certain si cela existe c’est
    que quelqu’un la fait – Mais au lieu de chercher sur des pratiques primitives de l’homme des
    cavernes, ont devrait envisager que d’autre civilisations existaient avant nous. Si l’ont adhère
    pas a cette certitude l’ont rentre chez soit et ont lie des bandes dessinées !!! ce site Puma Punku, Bolivie est impressionnant comme certains emboitement de mégalithes sur les sites Égyptiens qui ressemble avec leur construction dite miroir au assemblage d’Amérique du sud
    et les rapports mathématiques de leurs situation géographique sur la planète. En revenant aux
    archéologues septiques – qu’ils n’oublie pas un fait le charbons donc un élément fossile, comment s’est il retrouvé à grande profondeur sur notre terre si non que par terra-formage
    si je peux employer ce terme car si l’on retrouve l’emprunte de feuille à 1km ou plus sous le
    niveau du sol s’est qu’il c est passé quelque chose ??? Nous ne sommes plus ou si nous sommes en pays d’inquisition ou comparativement aux moines et religieux inquisiteurs ont peut comparer cette troupe de soit disant savants (mais non experts) sur ce sujet !!! Savent ils au moins que la terre est ronde ou alors croient ils encre qu’elle est plate !!!! Si comme dans les pyramides d’Égypte encore celle la vous direz déplacer un bloc de 70 ou 80 tonnes après l’avoir parfaitement ajusté avec pour seul outil des burins de cuivre et des cailloux comme percuteur, que ses messieurs s’attellent à la tache et nous réalise cette expérience, si c est le cas qu’ils n’y arrive pas en temps prévu sans aussi comme moyen de contrôle une équerre et des gabarits, et dans la matière la plus dure utilisée le granit et que cela soit parfaitement poli …………….
    restait aussi la mise en place et l’ajustage …….peut être par la pensée !!!!
    @lain

    • Dan Vin dit :

      Bonjour Alain.

      Merci de ce commentaire enrichissant. Pour les photos, il suffit de cliquer sur chacune pour voir une version plus grande. Comme mentionné dans l’article, étant donné qu’il ne s’agit pas d’un site « hautement » touristique, les photos se font rares.

      Néanmoins, mon but est de piquer suffisamment la curiosité des gens pour qu’ils effectuent leurs propres recherches et découvertes. Mon but ultime; éveiller les gens, qu’ils élargissent leur conscience aux réalités voilés de cet univers.

      Merci encore & Namasté!
      Daniel

  2. james dit :

    « un tel de gré de précision » il y a un espace de trop 🙂

  3. Ricky dit :

    Merci pour vos travaux, je suis dans le génie civil et ces sujets m’interpellent +++

  4. miragegolden69 dit :

    L extinction des dinosaures à eu lieu il y a 65 millions d Années il serais naïf de croire qu entre temps aucune civilisation intelligence ai vécu sur terre de plus ils auraient eu beaucoup de temps pour évoluer peut être pas sur une technologie électrique ou électronique mais peut etre sur les forces invisibles de la nature

  5. Instituto Gemologici Boliviano dit :

    Le granite n’est pas à vrai dire la roche (composée de plusieurs éléments) la plus dure après le diamant qui lui est un corps simple.
    Par exemple le corindon (oxyde d’aluminium) pourrait venir après le diamant et bien avant le granite

  6. Vince dit :

    L’énigme de Puma Punku tient principalement du fait qu’il y a peu de recherche et donc que des indices et données assez imprécises. Et que à coté des gens fascinés écrivent une histoire qu’ils veulent entendre.

    [La datation et les données de bases floues]

    Par exemple la datation du site à -17000 ans avant JC vient d’une supposition du placement de la porte du soleil de Tinawakû par rapport aux étoiles; or une supposition n’est pas une preuve.
    Idem pour -5000 ans dont la source est moins précise, peut-être basée sur des similitudes architecturales par rapport à l’Egypte antique.
    L’archéologie moderne place Tinawakû à -500 ans avant JC.

    Et là déjà ça part mal : s’il n’y a que des suppositions, comment peut-on construire un scénario sur les techniques de construction sans aucun repère historique fiable ?

    Ensuite deux autres discours diverges sur les pierres utilisées, d’un côté c’est du granite, de l’autre c’est un mélange d’andésite et roche rouge volcanique.
    De là, toute la thèse sur le granite tient moins le coup.

    Récapitulons donc :
    – La recherche s’intéresse pas ou peu aux sites de Bolivie
    – La datation est abracadabrantesque; partant de -17000 à -12000, puis -5000 puis -500; en fait on n’a aucune certitude
    – La roche serait du granite mais en fait c’est plutôt de l’andesite et de la roche rouge

    [La fascination]

    La fascination du site me paraît disproportionnée, car classifier ce site comme étant construit par des « extraterrestres » ou une « civilisation très avancée » c’est ignorer totalement la prouesse de construction des cathédrales françaises telles que celles de Chartres.

    J’ai questionné un ami artisant ayant eu comme école les compagnons du devoir. Il m’a dit ceci en voyant Puma Punku :

    « Les gens ont tendance à oublier que le bois ne résiste pas au temps, par conséquent beaucoup d’information est perdue sur les outils de l’époque. Les anciens étaient loin d’être des demeurés.

    Il faut savoir qu’on n’en sait pas beaucoup plus aujourd’hui qu’avant sur les techniques de construction et de travail des matériaux, en effet la société moderne est simplement équipé d’outil plus moderne permettant d’aller beaucoup plus vite. Mais les sociétés anciennes ne manquait pas de temps ni de main d’œuvre.

    A observer Puma Punk, on peut supposer l’utilisation d’outils suivants :

    Chignolle de taille différente pour faire des trous très précis, disques de découpes sur trépied qui peut être posé sur une parois et fixé pour couper chaque côté (on voit des marquages sur des photos de falaise), une finition au sciseaux de pierre est indispensable. Peut-être que les motifs creusés servait à effacer des marquages d’outillage utiles au transport ou à la découpe.
    Le niveau est facile à faire, les angles droits, les creusés ne sont pas sorciers.

    Le travail des pierres de Puma Punku est loin d’être impressionnant par rapport à une cathédrale ou rien n’est droit.

    Le seul véritable mystère c’est le déplacement des gros blocs de pierre ».

    En revanche ce qui est sûrement vrai, et la je rejoins la conclusion de cet article, c’est que l’on a attribué dans l’histoire de l’humanité des inventions qui en fait était des redécouvertes.

    Je pense que l’histoire officielle est à réécrire et que certaines de nos certitudes sont à balayer telles ques : la découverte de l’Amérique, les sumériens comme première civilisation la création de la cartographie, le sphynx crée par Kheops or ça ressemble à une réutilisation d’un corps lion dont on a mis une petite tête de pharaons a la place, etc …

  7. Bernaboeuf dit :

    enfin un argument constructif et argumenté… qui mériterait réponse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s